Contact
Bone Therapeutics

Indications

Ostéonécrose de la hanche

L'ostéonécrose de la hanche est une maladie osseuse qui se caractérise par la mort des cellules osseuses et de la moelle osseuse de la tête fémorale. Il s'agit d'une affection douloureuse qui provoque progressivement la dégénérescence de l'articulation de la hanche et peut aboutir à l'effondrement de la tête fémorale. La pose d’une prothèse totale de la hanche est alors nécessaire. L'ostéonécrose se présente sous différents stades radiologiques : les stades I et II correspondent aux stades avant fracture de la tête fémorale et les stades III et IV aux stades après fracture. Elle affecte généralement des personnes relativement jeunes (30 à 50 ans – seuls 20% des patients sont âgés de plus de 50 ans), pour lesquelles une prothèse de la hanche n'est pas indiquée en raison de la durée de vie limitée des prothèses. Près de 50% des patients se font pourtant poser une prothèse avant 40 ans en raison de l'absence de traitements alternatifs. À un stade précoce, le forage de décompression est l'option thérapeutique la plus courante pour traiter l'ostéonécrose. Bien que son efficacité soit controversée, cette procédure chirurgicale est toujours considérée comme le traitement de référence.

Bone Therapeutics a mis au point un traitement adjuvant au forage de décompression qui vise à améliorer le traitement actuel. Après le forage de décompression, PREOB® (cellules osseuses autologues) est implanté au niveau de la nécrose afin d’améliorer la structure osseuse en remplaçant les cellules défectueuses et en recréant un environnement sain. Cette approche préservera le caractère mini-invasif du traitement de référence, tout en portant sur les mécanismes physiopathologiques de la maladie.

Fractures non-consolidées (pseudarthrose)

Une fracture est dite non-consolidée (pseudarthrose) quand les fragments osseux cicatrisent indépendamment. On parle de pseudarthrose à partir d’un délai de six à neuf mois après la fracture, lorsque tous les processus réparateurs ont pris fin. Les options de traitement classique pour la pseudarthrose impliquent généralement une intervention chirurgicale très invasive (greffe osseuse), douloureuse, qui exige des mois de rééducation et comporte un risque élevé de complications graves. Les effets indésirables de l'autogreffe osseuse, norme de soin actuelle, peuvent être sévères. Chez 20% des patients souffrant de pseudarthrose, des complications (douleur aigue à l’endroit de prélèvement, infection) sont signalées. Aujourd’hui, avec un taux d’efficacité de 75% à 85% et l’absence de risques de transmissions de maladie, la greffe autologue est le traitement privilégié pour soigner la pseudarthrose.

Les produits de thérapie cellulaire de Bone Therapeutics sont conçus pour devenir des traitements innovants de premier choix pour cette indication. Ces produits devraient être aussi efficaces que les traitements classiques et supérieurs en termes d'innocuité : chirurgie mini-invasive, hospitalisation de courte durée, rééducation rapide.

Fractures avec retard de consolidation

Une fracture avec retard de consolidation se définit comme une fracture dont le processus de guérison n’a pu s’achever au cours d’une période de temps considérée comme normale suite à la fracture initiale (c’est-à-dire entre 3 et 4 mois) et présente un risque de non-guérison. Les traitements traditionnels d’une fracture sévère non-consolidée (à savoir la greffe osseuse) impliquent une chirurgie lourde et des risques de complications sévères. En raison de ces risques, les chirurgiens orthopédiques adoptent souvent une approche attentiste pour soigner les fractures avec retard de consolidation, quelques fois durant plusieurs mois, ce qui retarde le retour du patient à une vie normale et génère un coût socio-économique élevé.

ALLOB® a le potentiel de devenir un traitement de première intention pour les fractures avec retard de consolidation grâce à son administration mini-invasive qui permet d’éviter le recours à une chirurgie lourde.

Maladies dégénératives de la colonne vertébrale : procédures de fusion vertébrale

Pour soulager la douleur et améliorer la stabilité vertébrale, la fusion vertébrale est considérée comme l'intervention chirurgicale de référence pour de nombreuses maladies dégénératives de la colonne vertébrale, telles que la discopathie dégénérative, le spondylolisthésis, la scoliose et la sténose. La procédure consiste à fusionner deux vertèbres ou plus à l'aide d'une cage et d'un greffon, généralement une greffe osseuse autologue ou synthétique, afin de souder la portion instable de la colonne vertébrale ou d'immobiliser une articulation vertébrale douloureuse. Bien que la fusion vertébrale soit une intervention chirurgicale courante, nombreuses sont les procédures qui échouent (de 25% à 30%).

Bone Therapeutics a pour objectif d’accélérer le processus de fusion vertébrale et d’augmenter le taux de réussite des chirurgies grâce à son produit de thérapie cellulaire allogénique, ALLOB®.

Maladies dégénératives de la colonne vertébrale : révision de la fusion vertébrale

La chirurgie de fusion vertébrale est une opération courante. Un million de procédures sont réalisées chaque année en Europe et aux États-Unis, dont la moitié au niveau lombaire. Cependant, on estime que plus d’un quart des procédures échoue – les bénéfices attendus en matière de fusion et de douleurs n’étant pas atteints. Des procédures de révision sont dès lors nécessaires. Les procédures de révision actuelles nécessitent une nouvelle chirurgie ouverte, ce qui peut considérablement augmenter le risque de complications. À titre d’exemple, la fibrose et la cicatrisation qui suivent la chirurgie initiale rendent la chirurgie de révision beaucoup plus contraignante et peuvent détériorer la circulation vasculaire.

La procédure de révision mini-invasive et innovante de Bone Therapeutics est conçue pour être plus sûre et plus simple que les procédures existantes.

Ostéoporose sévère

L'ostéoporose est une maladie osseuse évolutive qui se caractérise par une forte diminution de la densité osseuse aboutissant à une fragilisation des os et à un risque élevé de fracture. Il existe plusieurs traitements anti-ostéoporotiques dont la plupart prévient la résorption osseuse mais n’entraîne pas de formation osseuse. L'ostéoporose est un problème de santé considérable pour les patients qui ne répondent pas à leur traitement médicamenteux ou ne parviennent pas à le suivre. Malgré leur efficacité démontrée, la plupart des médicaments disponibles n’est pas pleinement satisfaisant en raison de problèmes d'innocuité (ostéonécrose de la mâchoire par exemple) et d'intolérance. Compte tenu du fait que 35% des patients ne répondent pas aux traitements actuels, des groupes pharmaceutiques investissent de plus en plus dans la recherche pour trouver des solutions novatrices.

Pour les patients qui ne répondent pas aux traitements de référence, les produits de thérapie cellulaire, tels que ceux de Bone Therapeutics, pourraient représenter une réelle opportunité.